Dialogue on the Threshold

Диалог на пороге

Thursday, 3 May 2012

Des murs de papier


Le Feu que nous avons ici bas, quoique il ne soit qu'une image très imparfaite de celui de l'Enfer, abîme, détruit, dissout, et réduit en cendres toutes les choses sur lesquelles il exerce son activité. Maisons, Villes, Bois, Forêts, il dévore et consume tout. Rien de semblable dans le Feu Infernal. Quoique un million de millions de fois plus vif, et plus ardent, que tous ceux du Monde réunis ensemble, et que tous ceux même qu'on peut imaginer, sa vivacité, ni son ardeur, ne s'étendent point au-delà des Ames, qu'il brule sans les consumer, et qu'il doit bruler éternellement. Elles ne passent jamais cette borne, qui leur a été prescrite. La chose est si vraïe, et si incontestable, que, quoique le lieu que l"eglise Romaine apelle Purgatoire, dans lequel les Ames des gens de bien expient, dit-on, les souillures qu'elles emportent toujours de ce Monde; quoique le Purgatoire, dis-je, ne soit séparé de l'Enfer, selon certains Ecrivains de cette Communion, que par une grande Toile d'Aragnée, ou, selon d'autres, par des Murs de Papier, qui en forment l'enceinte et la Voute, néanmoins les Ames qui sont renfermées dans le premier, y sont dans une parfaite sécurité.

Eloge de l'Enfer. Ouvrage critique, historique, et moral, 1759

No comments: